Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Un chancelier à l’image de son parti

GusenbauerChef du parti social-démocrate autrichien (SPÖ) de 2000 à 2008, Alfred Gusenbauer a été chancelier de l’Autriche de janvier 2007 à décembre 2008, lorsqu’une « grande coalition » régnait sur le pays (le SPÖ gouvernait avec les chrétiens démocrates). C’est donc une figure de proue du SPÖ… et ses récentes fonctions en disent long sur l’orientation de son parti.

M. Gusenbauer est d’abord dans le conseil de surveillance de Novomatic, la première entreprise à gérer les jeux d’argent en Autriche. Le camarade est donc fortement impliqué dans les profits tirés de ces jeux qui entraînent les plus pauvres dans la spirale de la misère, parfois de la violence et de la drogue. Pour sa défense, l’ancien chancelier se justifie en expliquant que « l’Église catholique est aussi impliquée dans les jeux avec Casino Austria »… comme si l’Église catholique avait une quelconque vertu morale !

Pire encore, le camarade Gusenbauer est officiellement conseiller du dictateur Nazarbayev qui règne d’une main de fer depuis 23 ans sur le Kazakhstan (cf. corruption et manquements aux Droits de l’homme).

Officiellement c’est pour l’aider à instaurer la démocratie que Gusi (comme ses proches l’appellent) se dévoue. Ce dernier aime d’ailleurs à rappeler que le Kazakhstan est un îlot de stabilité dans cette région d’Asie centrale qu’il ne faut pas négliger… et c’est sûrement un hasard si le Kazakhstan est prévu comme pays fournisseur du projet de pipeline Nabucco qui part de la Caspienne et arrive… devinez où ? En Autriche.

Le camarade Gusi est aussi actionnaire principal du groupe d’investissement Cudos et directeur pour l’Europe du fonds d’investissements chilien Equitas. Depuis 2010 il est également dans le conseil d’administration du groupe minier canadien Gabriel Resources. Enfin, il est conseiller du groupe de presse WAZ qui publie plus de 500 titres et possède des parts dans les pires tabloïds comme la Kronen Zeitung (cf. ce billet sur ce blog).

L’ancien chancelier est donc au service des jeux, d’un dictateur et des intérêts dans de grands groupes capitalistes. C’est tout ? Non, le camarade Alfred est aussi vice-président de… l’Internationale socialiste ! C’est pour cette fonction qu’il aurait facturé 30 000 € de frais de téléphone en 2011 au SPÖ. Tout ceci à de quoi faire sourire… où pleurer, lorsqu’on constate que le président de l’Internationale socialiste n’est autre qu’un certain Papandréou célèbre pour le traitement particulièrement social de son pays.

Sources

Advertisements

11 juin 2013 - Posted by | Uncategorized | , , ,

2 commentaires »

  1. Social-démocratie ou social-démo-crasse… ?

    Commentaire par Marc Silberstein | 11 juin 2013 | Répondre

  2. L’odeur nauséabonde que dégage Gusenbauer a été pour moi évidente le jour où il a fait l’oraison funèbre du sinistre Jörg Haider.

    Commentaire par Christian D. | 9 juillet 2013 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :