Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Chronique judiciaire viennoise

Le 28 mai dernier j’étais au tribunal pénal de Vienne : trois Bulgares comparaissaient pour une série de vols, essentiellement des téléphones portables. L’audience a duré un peu plus de deux heures et m’a paru particulièrement intéressante, révélatrice de la situation européenne actuelle, et plus précisément de ce qui se joue en Autriche. Le juge était un homme d’une cinquantaine d’années, plutôt athlétique, blond avec des lunettes carrées. Il parlait très bien, parfois avec des sous-entendus assez douteux, et menait rondement le procès. Dès le début les assesseurs ont dû jurer qu’ils serviraient la justice de leur mieux… avec l’aide de Dieu (« Ich schwöre mit Gott Hilfe ») (*) ! Je ne sais pas si le gros barbu les a aidés ou pas, mais quoi qu’il en soit on ne les a absolument pas entendus pendant l’audience.

Les prévenus faisaient partie de la minorité turque de la partie orientale de la Bulgarie. L’un des trois avait sans doute indiqué vouloir s’exprimer en bulgare donc deux interprètes étaient présentes. Puisque le turc s’est rapidement établi comme unique langue d’échange, c’est avec l’accord des trois prévenus que l’interprète pour le bulgare a été libérée (« ça fera des économies » a ajouté le juge). J’étais étonné d’entendre le juge dire aux prévenus qu’ils n’étaient pas obligés de dire la vérité. Ils avaient déjà reconnu une partie des faits pendant l’instruction mais le juge leur a dit « vous avez le droit de mentir mais si vous êtes condamnés en ayant menti, la peine sera plus lourde que si vous avez dit la vérité. »

Venons-en aux faits : de septembre 2012 à janvier 2013 les trois comparses ont dévalisé une cinquantaine de voyageurs dans le métro. Depuis plus de deux ans les métros viennois circulent toute la nuit les vendredis et samedis soirs, ainsi que les veilles de jours fériés. Les trois hommes ont guetté les voyageurs qui s’endormaient, souvent après une consommation excessive d’alcool. Il leur était alors assez facile de prendre le téléphone dépassant d’une poche ou le porte-monnaie apparent. Ils n’ont pas volé de papiers d’identité ni de cartes de crédit, que de l’argent (souvent des sommes dérisoires) et des téléphones ou des petits appareils photos. Au total, 47 vols leurs sont imputés. Il y a des photos accablantes pour une poignée de cas (issue des caméras de surveillance) et ils ont eux-mêmes reconnu certains vols.

Le juge leur a demandé pourquoi ils étaient venus en Autriche. Réponse : « pour travailler car il n’y a rien pour nous en Bulgarie ». Et là, le juge leur demande « alors vous êtes allés faire le trottoir des travailleurs ? » (‘Arbeiterstrich’), désignant ainsi ces lieux interlopes où Roumains, Bulgares, Serbes et Turcs se vendent pour la journée ou quelques heures, souvent pour travailler sur des chantiers ou pour des récoltes (cf. sur ce blog, ce billet sur cette forme d’esclavage moderne). Pour le juge, il est implicitement normal que ces populations n’aient pas un accès normal au marché de l’emploi autrichien, il faut bien que des gens soient payés une poignée d’euros de l’heure pour faire tourner l’économie autrichienne si florissante (cf. ce billet sur l’envers du décor) ! Les trois voleurs ne sont pas des anges mais ils ont expliqué qu’ils n’étaient jamais sélectionnés par les loueurs de bras (peut-être car ils n’avaient que 20 ou 21 ans). Après deux jours sans manger, ils ont eu cette idée, de voler dans le métro.

Le juge n’a pas considéré que les victimes de ces vols avaient abusé de l’alcool et/ou du cannabis et que ceci ne serait pas arrivé autrement. Au contraire, circonstance aggravante pour les voleurs : « les victimes ne pouvaient pas se défendre » (‘könnten sich nicht wehren’), un peu comme si les voleurs s’en étaient pris à des aveugles.

Parmi les 47 voyageurs convoqués à titre de « personnes privées impliquées dans cette affaire » (‘Privatbeteiligter’), un tiers étaient venus, dont une écrasante majorité d’homme d’une vingtaine d’années (j’ai discuté avec deux d’entre eux qui ont reconnu s’être endormis ivres dans le métro). Fait intéressant, le juge a proposé à chacun s’il souhaitait demander aux accusés le remboursement du préjudice matériel subi. Lors des plaintes déposées dans les commissariats, chaque victime avait déclaré le prix des objets volés (en moyenne 250 €). Le juge a expliqué qu’en cas de condamnation des prévenus, les victimes pouvaient recevoir un genre de décret leur permettant pendant trente ans (!) de faire saisir les biens des voleurs afin qu’ils soient remboursés. Les trois accusés étant sans domicile fixe, en détention préventive depuis le 5 janvier dernier et déjà accablés de quelques dettes, le juge a ajouté que la probabilité était « très faible » que les victimes reçoivent quoi que ce soit. Sur la douzaine de présents, le juge a demandé s’ils entendaient faire valoir ce droit où s’ils y renonçaient. La plupart des victimes ont renoncé à ce droit (les deux tiers). Lorsqu’une victime portant un nom à consonance turque a déclaré renoncer à ce droit, le juge s’est permis un commentaire : « sans doute de la solidarité à moitié-turque ».

Lorsqu’un des avocats des victimes a fait état d’un petit vice de forme, le juge n’a pas hésité non plus à répondre « ah, je ne sais pas, j’étais en thalasso à cette période… ». Quel contraste avec la vie déjà bien gâchée de ces trois jeunes. L’un des accusés, qui n’a accompagné ses deux amis qu’à cinq ou six reprises, est père depuis deux mois mais n’a pas encore pu voir son bébé. Après les délibérations, le juge est revenu dans la salle prononcer les verdicts : 30 mois, 18 mois et 36 mois avec à chaque fois deux tiers de sursis car il s’agit d’une première condamnation. L’un des trois (le jeune père) devrait donc sortir d’ici quelques semaines.

(*) mon ami et avocat Benny m’a précisé que les athées et agnostiques pouvaient jurer sur leur conscience.

Publicités

30 mai 2013 - Posted by | Uncategorized

Un commentaire »

  1. qu´il est bon d´etre vertueux le ventre bien rempli…

    Commentaire par Anonyme | 11 juin 2013 | Réponse


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :