Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Des inégalités économiques méconnues

Eurozone-Median-Average-Wealth-by-country-ptLes adorateurs béats du néolibéralisme n’ont cesse de mentionner l’extraordinaire « succès » de l’Autriche et de l’Allemagne sur le plan économique. Dans un récent billet, je m’attaquais à quelques préjugés largement répandus, concernant la politique de l’emploi en Autriche, offrant à l’aide d’exemples et de statistiques précises (sur les emplois précaires et les bas salaires), une vision quelque peu iconoclaste. Une étude importante menée par la banque centrale européenne, et sciemment révélée le 8 avril après les plans dits de « sauvetage  » de l’économie chypriote, apporte un autre éclairage en s’intéressant aux inégalités au niveau de la richesse des ménages dans la zone euro. Le rapport, disponible en ligne, se concentre sur cinq aspects concernant cette richesse : les biens, les dettes, la richesse nette, les revenus et les indicateurs de consommations et de contraintes de dettes (l’enquête a porté sur 62 000 ménages, sa méthodologie est clairement décrite, il faut toutefois noter que les données ont été relevées sur une durée de six ans et qu’il est donc délicat d’en tirer des conclusions sur les récentes crises des pays du sud de l’Europe).

Ce qui est particulièrement intéressant c’est la distinction, usuelle en statistiques mais rarement systématiquement appliquée, entre les revenus moyens et les revenus médians. Pour mémoire (ou instruction), la valeur médiane d’une série de données détermine la valeur qui place autant de ménages d’un côté que de l’autre. Dans nos sociétés occidentales où les pauvres sont plus nombreux que les riches (à un niveau tel que cela paraît « normal » pour beaucoup), la valeur moyenne est toujours supérieure à la valeur médiane. Première surprise, ce sont les Allemands qui ont la richesse médiane la plus modeste d’Europe, 51 400 euros (suivis de la Slovaquie, du Portugal et de l’Autriche). Cela s’explique en partie par le fait qu’il y a moins de propriétaires que dans les pays du sud, mais cela traduit aussi des inégalités flagrantes puisque la richesse moyenne est de 195 200 euros en Allemagne ! La répartition des richesses est d’autant plus inégale que le ratio entre richesse moyenne et richesse médiane est important et c’est l’Allemagne qui se montre la plus inégale (3,8)… suivie de l’Autriche (3,5), puis de Chypre (2,5). Les pays les plus égalitaires sont la Slovaquie (1,3), la Grèce et la Slovénie (1,5).

Répartition des richesses dans la zone euro

La très conservatrice FAZ, en Allemagne, a titré « Riches Chypriotes, pauvres Allemands » car la richesse médiane chypriote correspond à cinq fois la richesse allemande. Ils constatent sobrement que « ce classement fait mentir l’image – politique et si souvent reprise – d’une Allemagne nageant dans la prospérité. » Il faut dire ici qu’un Allemand sur six vit sous le seuil de pauvreté (940 euros par mois, aides comprises). On est en droit de ne pas partager leur conclusions en faveur du projet d’euro-obligation mais l’analyse n’est pas sans pertinence. Ce rapport signale d’ailleurs qu’au niveau de la zone euro, les 5% des ménages les plus riches disposent de 37,2% de l’ensemble des biens. Les 10% des plus riches ont plus de la moitié des biens et la moitié la plus riche des ménages possèdent 94 des biens !

Ces inégalités criantes qui caractérisent l’Autriche ne sont pas sans rapport avec l’importance accordée au secret bancaire, déjà abordé à de nombreuses reprises sur ce blog. Rappelons qu’en Autriche, en 2011, près d’un habitant sur huit vivait en grande précarité avec un revenu inférieur à 1066 euros pour une personne seule (+320 euros par enfant et 533 euros par adultes vivant dans le même foyer).

KVDernier point, pas de smic en Autriche ! En janvier dernier les tarifs des salaires minimaux bruts par branche d’activité ont été fixés. Seize d’entre eux sont inférieurs à 1500 euros (bruts mensuels). Les distributeurs de journaux les moins bien payés gagnent ainsi 808 euros bruts par mois, les assistant-e-s d’avocats 1024 euros, les employés en cordonnerie 1088 euros, les serveurs (dans la restauration)  1089 euros etc., cf. liste ci-contre.

 

Cliquer sur le tableau pour l’agrandir

Le 15/4, le Standard a publié un article intéressant de Wilfried Altzinger. Ce dernier critique l’étude de la banque centrale car dans les pays où l’éducation et les infrastructures sont gratuites ou bon marché, les ménages n’ont pas besoin d’autant de richesse. Par ailleurs, dans les pays du sud, les ménages sont plus souvent composés de plusieurs personnes que dans le spays du nord de l’Europe. Ceci dit, les ingéalités semblent effectivement plus grandes en Autriche et en Allemagne que dans le reste de l’Europe. Dans ces deux pays, les 60% des ménages les plus pauvres n’ont que 6,6 ou 6,7% de la richesse nationale (12% en moyenne sur l’Eurozone) tandis que les 10% des plus riches possèdent 60% de la richesse du pays (50 en moyenne sur l’Eurozone). Ceci est corrélé par l’analyse des coefficients de Gini.

 

Sources et complément

Publicités

12 avril 2013 - Posted by | Uncategorized | , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :