Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Derrière l’engouement autrichien pour le Dalaï Lama… un gradé de la SS !

Le « Dalaï Lama » avec le leader de l’extrême droite autrichienne, Jörg Haider

Tenzin Gyatso, communément appelé « le Dalaï Lama », vient de passer neuf jours en Autriche. C’est son plus long séjour depuis 1937, lorsque, âgé de deux ans, il a été reconnu comme réincarnation du 13ème Dalaï Lama, soit, dans un langage moins ésotérique, le gourou (*) de nombreux Tibétains et bouddhistes de cette obédience. Pendant ses trois jours à Vienne, les journaux n’ont eu cesse de chanter ses louanges – pas le moindre article critique. Près de 10 000 personnes se sont massées sur la Heldenplatz (la place la plus emblématique du pays) pour l’acclamer (depuis 1983 le bouddhisme est une religion reconnue en Autriche, on compte environ 70 temples dans le pays et une dizaine de milliers de fidèles). M. Gyatso a été reçu par le chancelier, par un secrétaire d’état et bien sûr par le primat des catholiques autrichiens, M. Schönborn. L’université de Vienne a organisé un colloque en son honneur, sur le thème « science et bouddhisme« , visant surtout à discréditer toute forme de matérialisme scientifique (voir ici le résumé des communications visant, pour l’essentiel, à concilier science,  religion et superstition, voir à titre d’exemple les « théories » de von Brück sur une soi-disant « estabilized harmony between mind and matter »).

« 74 ans après Adolf H., sur la même place », ce serait une légende excessive

M. Gyatso, qui milite pour une autonomie du Tibet au sein de la Chine (et non une indépendance) a renoncé à toutes ses fonctions politiques. Il reste cependant le leader spirituel et c’est bien en tant que tel qu’il a été accueilli. Les Tibétains qui résistent sur place – et qui sont sévèrement opprimés par les Chinois – ne lui reconnaissent pas la moindre légitimité politique. Il passe le plus clair de son temps à voyager dans le monde entier pour des conférences sur le bonheur. « Vous n’avez pas de travail ? Vous êtes handicapé ? Vous êtes opprimés ? Pas de problème, trouvez le bonheur qui est en vous ! » : voilà en substance son message, analogue en bien des points à celui de Anjezë Gonxhe Bojaxhiu, dite « Mère Teresa » (cf. cet article). Tous deux prônent la résignation dans une forme ésotérique de spiritualité… et tous deux se délectent de leurs fréquentations des hommes les plus puissants. M. Gyatso apporte bien sûr un supplément d’exotisme dans ses tenues et il a su mieux tirer profit de la globalisation en offrant – contre espèces sonnantes et trébuchantes, il s’entend ! – sa très sainte image pour une société des plus capitalistes (cf. son contrat avec la firme Apple pour cette campagne de publicité – c’est peut-être pour se venger des Chinois très largement exploités par Apple, cf. Foxconn).

Le cardinal, le « Dalaï Lama » et le chancelier

« Et l’Autriche dans tout ça ? », me demanderez-vous ? Et bien il faut d’abord se plonger un peu dans l’histoire du « Dalaï Lama ». Son véritable maître, à l’époque où il vivait au Tibet, dans la deuxième moitié des années 1940, était l’alpiniste autrichien Heinrich Harrer. Ce dernier séjournait à Lhassa… fuyant l’Autriche où il avait servi dans la SS (il était membre depuis 1938 !). Dès 1938, l’expédition qu’il dirigeait au Tibet visait à retrouver les « premiers aryens » (en récompense, le Reichsführer des SS, Heinrich Himmler l’avait nommé « SS-Oberscharführers », lui accordant la confortable position de « Sportinstrukteur » des SS). Régulièrement le « Dalaï Lama » est allé retrouver son maître, jusqu’à ce la mort de celui-ci, en 2006. C’est bien sûr par un hommage à l’ancien SS que le voyage du « Dalaï Lama » a débuté, en 2012, et la photo ci-dessus avec feu Jörg Haider, correspond à l’une des précédentes visites au très saint homme. Dès son arrivée en Autriche, le « Dalaï Lama » a loué la proximité d’esprit entre le peuple autrichien et le peuple tibétain, ces deux « peuples de la montagne ».

Au-delà de l’attrait du « Dalaï Lama » pour son ami SS-Oberscharführer (objet d’un film de Jean-Jacques Annaud passant complètement sous silence le passé SS de Harrer), on trouve dans les positions de « sa sainteté » de quoi rassurer les conservateurs autrichiens. Sur l’homosexualité, par exemple, il se prononce bien entendu pour le respect de tous, tout en condamnant le sexe oral ou anal (“The other holes don’t create life.” – sans entrer trop dans les détails). De même, il désapprouve le divorce et tout ce qui peut se rapprocher du

Reportage diffusé sur les écrans, dans le métro, le 27 mai au soir. « Dès le début c’était clair que les deux se comprenaient bien ».

Mon université honorant un moine tibétain…

laxisme en terme de sexualité. Interrogé à Klagenfurt, une femme du public lui a demandé si le prochain Dalaï Lama pouvait être une femme… il a répondu que oui, mais qu’il fallait alors qu’elle soit « particulièrement jolie ». Avec ces valeurs très conservatives, mâtinées d’un brin d’exotisme qui fait passer pour tolérant ou cosmopolite son interlocuteur, le « Dalaï Lama » est un bon placement pour les « communiquants » de bien des hommes politiques. Qui se soucie en Autriche des hommages répétés à un ancien nazi ?

(*) « En tant que guide spirituel, dans l’hindouisme, le bouddhisme, chez les Sikhs ainsi que dans de nombreux groupes religieux plus récents, il désigne une figure d’autorité respectable. », source Wikipédia

Sources et compléments

27 mai 2012 - Posted by | Uncategorized | , , , ,

7 commentaires »

  1. Bonjour Jérôme. « Qui se soucie en Autriche des hommages répétés à un ancien nazi ? » Personne, pour la simple raison qu’on s’en moque éperdument. Je n’ai aucune sympathie pour le Dalai Lama (étant un laic convaincu, et considérant que le régime politique du Tibet est loin de corresüpondre à nos principes européens, mais, bon, cela regarde les Tibétains), mais ce qu’il a fait il y a plusieurs décennies me laisse de marbre. Le passé de l’Autriche ne vous laissera-t-il jamais dormir, Jérôme ? En toute amitié, comme d’habitude !

    Commentaire par Robert Ouvrard | 28 mai 2012 | Répondre

    • Très cher Robert, je m’excuse d’être historien et de m’intéresser au passé. L’historien des Annales, Fernand Braudel, expliquait que le but de l’histoire était l’explication de la contemporanéité…

      Commentaire par segalavienne | 28 mai 2012 | Répondre

  2. Cher Jérôme. Bien sûr, je ne vous reprocherai jamais de vous intéresser au passé. Mais pourquoi laisser entendre que l’Autriche d’aujourd’hui devrait sans arrêt faire une sorte de mea culpa ? S’agissant du Dalai Lama, sans doute connaissez-vous autant que moi ses relations avec Harrer, qu’il a connu tout enfant, et qu’il considérait comme son père (raison pour laquelle il honorait Harrer, et non pour son passé nazy). Si je suis bien renseigné, le film sur Harrer (qui est plus que cela) « n’escamote » pas le passé de ce dernier. Mais il n’a jamais eu de sang sur les mains. Et puis, cher Jérôme, des personnalités autrichiennes ou allemandes d’après guerre ayant eu des accointances avec le régime nazi, vous pourriez en trouver des dizaines, voire des centaines ou des milliers : ceux qui n’étaient pas d’accord étaient peu nombreux (mais il y en eu), car emprisonnés ou morts exécutés. Je vous signalerai, puisqu’on en parle en ce moment, la maman de Romy. Mais faut-il en faire porter le fardeau à leurs petits enfants ? Votre acharnement, 70 ans après me sidère. Enfin, même si vous cherchez une porte de sortie, votre parallèle à propos de la photo sur la Helden Platz, est pour le moins déplacé. La même photo avait été prise, je crois, quand le pape était venu à Vienne. Finalement : personne n’est obligé d’être d’accord avec Fernand Braudel. Nous sommes décidemment en total désaccord. Bien amicalement, as usual.

    Commentaire par Robert Ouvrard | 28 mai 2012 | Répondre

    • Cher Robert,

      Pour la photo sur la Heldenplatz, oui ! J’ai mis « ce serait une légende excessive ».

      > Mais faut-il en faire porter le fardeau à leurs petits enfants ?
      Non, bien sûr que non, mais je ne parle pas des enfants de Harrer.

      > Votre acharnement, 70 ans après me sidère.
      Ce qui est récurrent sur mon blog, c’est le manque de travail sur l’histoire, la fameuse Vergangenheitsbewältigung.
      On en avait parlé je crois pour le parallèle Billroth/Ferry.

      > Finalement : personne n’est obligé d’être d’accord avec Fernand Braudel
      Non, personne.

      A bientôt,
      J

      Commentaire par segalavienne | 28 mai 2012 | Répondre

  3. Il faut toujours faire la lumière sur le passé car pour savoir qui on est (et où on va) il faut savoir d’où on vient. Et si la jeune génération (et les moins jeunes aussi) veut tenter de construire un 21ème siècle qui tienne debout il faut que l’on puisse regarder droit dans les yeux notre 20ème siècle en toute connaissance de cause.
    Donc merci pour cet article.🙂

    Amicalement.
    Elise

    Commentaire par Hofner Elise | 29 mai 2012 | Répondre

  4. Bonjour,
    Je t’envoie mon blog qui parle d’une terrible arnaque à la démocratie. Tu es réferencé dans derivessectaires dans le premier article. C ‘est interessant parce que des personnes habilitées à la lutte contre les sectes me lisent quelquefois
    http://enchainementdecriminalites.centerblog.net/
    merci de ton article et de souligner combien ces lamas qui parlent d’amour et de compassion sont en fait dirigés par leur cupidité et le gout du pouvoir
    de plus, tu dois savoir qu’ils ont une sexualité entre eux. Alors leurs interdiction de sexe anal, …………..
    Cordialement,
    Mireille

    Commentaire par armonia | 21 septembre 2012 | Répondre

    • Merci pour ce témoignage et bon courage…

      Commentaire par segalavienne | 21 septembre 2012 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :