Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Tensions communautaires à Vienne, la police relève les religions !

 Wien-Meidling, samedi 21 avril vers 15h. Dans la rue piétonne du quartier où j’habite, des Turcs ont organisé une petite fête. Sous une bâche, des femmes, pour la plupart voilées, dégustent avec des enfants des kebabs, des poulets grillés et des pâtisseries. Un vieux monsieur vend du thé. Attiré par ce petit événement dans une rue habituellement dédiée au dieu du commerce, je sors mon appareil photo et prends quelques clichés. Un homme arrive et me demande si j’ai une autorisation. Je lui réponds que je suis dans l’espace public, libre de prendre quelques photos pour mon usage personnel. Il insiste pour que je demande le droit de photographier à un homme plus âgé, qui vend les bons pour la nourriture. Ce dernier me donne son accord, je fais alors un ou deux clichés supplémentaires (quatre en tout). Un homme surgit alors sur le côté, habillé d’une veste de secours orange réfléchissante. Il est assez agressif et, se présentant comme l’organisateur de la fête, il insiste pour que j’efface mes photos. Je refuse et il se montre alors menaçant, voulant casser mon appareil photo. Il me menace ensuite d’appeler la police… et je le prends au mot, appelant moi-même au 133. Je résume la situation et pendant 15 minutes, j’attends avec ma femme l’arrivée des forces de l’ordre, pendant que devant nous un groupe d’une quinzaine de Turcs peu sympathiques se forme. J’ai beau leur dire que je n’ai rien contre leur fête, qu’au contraire, j’apprécie l’animation, ils ne pensent qu’aux photos.

La police arrive et l’un des deux policiers recopie nos cartes d’identité sur son carnet. Lorsque j’explique Lire la suite

23 avril 2012 Posted by | Uncategorized | , , , | 7 commentaires

Un Lueger de moins ?

Happening organisé par les Verts pour fêter cette décisionKarl Lueger… c’est pour beaucoup le premier choc avec l’histoire antisémite de l’Autriche, et surtout avec le manque de réflexion sur l’histoire du pays. Maire de Vienne de 1897 à sa mort, en 1910, il est le fondateur de l’antisémitisme politique et le modèle vénéré d’un certain Adolf H., durant ses années sous son règne à Vienne (1907-1910). Ce bon Dr. Karl Lueger dispose de douze monuments ou noms à sa mémoire, dont l’un des morceaux du Ring, ce boulevard circulaire qui délimite le centre historique du reste de la ville. Sur ce blog, pas moins de 7 autres articles évoquent ce nom. C’est le 20 avril 2012 que la Mairie de Vienne a voté le changement de nom de Dr.-Karl-Lueger-Ring en Universitätsring (« boulevard de l’université »). Il était temps ! Pour la place qui porte son nom, avec sa statue – également sur le Ring -, un concours artistique a été ouvert en 2009 pour modifier la place (sans enlever la statue). Le projet retenu en 2010 consiste à l’orienter seulement de 3,5°C… mais le service des monuments historique s’y oppose et en avril 2012, on attend toujours ! Espérons que pour le changement de nom sur le Ring, la décision sera suivie d’effet plus rapidement (bien sur le FPÖ s’est opposé au changement). C’est d’autant plus important que l’université se situe sur ce boulevard.

Source : « Wiens Grüne fordern Umgestaltung von Lueger-Denkmal« , Der Standard, 20 avril 2012.

22 avril 2012 Posted by | Autriche | 2 commentaires

Le nouvelle « loi israélite » en Autriche

La Judenplatz à VienneEn Autriche, quinze religions sont officiellement reconnues, avec des lois spécifiques pour chacune. Ainsi, c’est essentiellement la loi de 1912 qui régit les liens entre les représentants de la religion musulmane et l’Etat. La loi concernant le judaïsme (Israelitengesetz) date de 1890, elle est actuellement en cours de remplacement par une loi plus avantageuse pour les Juifs, même si la diversité des courants du judaïsme risque d’être négligée. De nombreux billets de ce blog commentant le soutien de l’Etat autrichien au catholicisme, il me paraissait nécessaire de faire état de quelques aspects de cette nouvelle loi qui peuvent sembler étonnants.

  • § 8 Les membres de la communauté juive peuvent disposer de rabbins dans les hôpitaux et prisons, payés par l’Etat.
  • § 9 A partir de trois élèves juifs dans une école, publique ou privée, des cours de religion juive doivent être proposés. Le contenu des cours est uniquement déterminé par la communauté religieuse (alinéa 2).
  • §10 L’Etat s’engage à assurer le respect de treize (!) jours fériés annuels (quatre jours pour Pesach, deux jours pour Roch HachanaSouccot et Chavouot et un jour pour Yom KippourChemini Atseret et Sim’hat Torah). Pendant ces journées, ainsi que tous les chabbats, tous les « bruits évitables » et autres actions qui pourraient causer des nuisances sont strictement interdits. Lire la suite

21 avril 2012 Posted by | Autriche, Judaïsme, Laïcité, Uncategorized | , | Laisser un commentaire

« Pourquoi veulent-ils nous manger ? »

Montage publié par Marika Schmiedt

En octobre, je signalais une forme insidieuse de racisme dans les appellations gastronomiques (voir mon billet sur le « Negerbrot« ). La branche gastronomie de la chambre du commerce autrichienne a publié peu après dans sa lettre d’information quelques recommandations pour mettre fin aux appellation comme « Nègre en chemise » (Mohr im Hemd) pour un gâteau au chocolat accompagné de crème Chantilly ou « escalope tzigane » (Zigeunerschnitzel). Sur les forums à la fin des articles (comme celui-ci ou celui-là), beaucoup d’Autrichien-ne-s se sont emportés contre ce qu’ils estiment être une nouvelle avancée du politiquement correct, pendant que l’organisation SOS-Mitmensch qui lutte contre le racisme a publié un intéressant dossier sur le sujet. La réaction la plus vive a été celle d’une jeune Romni (femme rom), Marika Schmiedt, engagée contre les persécutions qui visent son peuple. A propos des Zigeuner Schnitzel, elle a publié quelques photos (ici reproduites) pour interpeller les consommateurs.

Sources :

3 avril 2012 Posted by | Autriche, Roms, Uncategorized | , , , , , , , | 5 commentaires

L’Autriche honorant sa germanitude… en musique !

En courant, je passe de temps en temps devant certains monuments, comme ici l’une des principales salles de concert de Vienne, la Konzerthaus. Je me suis arrêté ces jours-ci pour prendre cette photo car l’inscription m’a intéressé. On lit à gauche, « Ehrt eure deutschen Meister », et à droite « dann bannt ihr gute Geister ». Cela correspond à « Honorez vos maîtres allemands, vous préserverez alors les bons esprits ». Cela peut paraître étonnant que ce bâtiment de style Jugendstill inauguré en 1913 fasse référence aux Allemands et non aux Autrichiens. Une ambassadeur de France, il y a quelques années, m’avait demandé de lui expliquer pourquoi certains Autrichiens avaient pu se dire « allemands ». A l’époque de l’Empire austro-hongrois, on trouvait toute une mosaïque de peuples. De nombreux Autrichiens de langue allemande estimaient au 19ème siècle, non sans raison, que c’était bien cet empire qui dominait au sein de la Confédération germanique (1815-1866), dont la Prusse faisait également partie. L’Allemagne n’est unifiée qu’à partir de 1871 et jusqu’à cette date, c’est bien l’Autriche-Hongrie qui domine en Europe centrale. En 1848 par exemple, la révolution viennoise était autrichienne, bien sûr, mais aussi allemande. Dans son Histoire de l’Autriche, Steven Beller rappelle qu’à Vienne, « le 1er avril, on hissa le drapeau tricolore allemand au clocher de Saint-Etienne [et le lendemain au sommet de la Hofburg] » (voir ma longue recension de cet ouvrage sur nonfiction.fr). Dans les années 1920-30, le rapprochement avec l’Allemagne était volontaire et parfois discret, notamment lorsque le chancelier Johann Schober tentait, en 1931, une union douanière avec l’Allemagne, préparant le terrain à une annexion. Ainsi, aujourd’hui, en 2012, personne ne semble remettre en cause cette phrase honorant les maîtres allemands, citation du choeur final de l’opéra Les Maîtres Chanteurs de Nuremberg, créé en 1868 à Munich par Richard Wagner, un antisémite notoire célébré pour son pamphlet Das Judenthum in der Musik.

1 avril 2012 Posted by | Uncategorized | , , | 2 commentaires