Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Les sciences humaines et sociales, parents pauvres de la recherche en Autriche

Il y a un an, fin 2010, le gouvernement autrichien avait décidé de supprimer toutes les subventions aux instituts de recherches extra-universitaires qui n’étaient pas la propriété du Bund (l’État fédéral) ou des Länder (l’équivalent des régions). L’émoi fut grand, on vit même – fait rare dans le pays – une manifestation d’universitaires à Vienne (cf. Wissen.Schaft.Österreich). Les instituts de recherche relevant des sciences humaines et sociales (SHS) avaient été particulièrement touchés car ils n’ont que très peu de revenus propres. Rares sont en effet les possibilités de partenariat avec l’industrie et à Vienne les quatre grands centres de recherche en SHS ont craint pour leur avenir (ÖIIP, l’IFK, l’IWM et l’IWK). Le ministère expliquait aux 70 instituts concernés qu’ils devaient se rapprocher des universités pour tenter de les intégrer en quelques années, faute de quoi leur subventions seraient tout simplement annulées.

En ce début d’année 2012, ce sont des pans entiers de l’Académie des sciences qui sont menacés… et la Fondation Ludwig Boltzmann, plutôt spécialisée dans la médecine et les SHS, n’a rien trouvé de mieux que d’annoncer la fermeture de son pourtant très renommé Institut d’histoire européenne et des sphères publiques (LBI). Cette décision a été prise sur des bases purement administratives, alors que le directeur n’a pas été invité à donner son avis, que les chercheurs n’ont reçu aucune confirmation écrite, et que le conseil d’administration et le conseil scientifique n’ont été ni informés, ni consultés. Cette décision était d’autant plus surprenante que la Fondation Boltzmann se félicitait régulièrement, et publiquement, des résultats obtenus, laissant miroiter ces dernières années une prolongation de sept ans. Un rapprochement avec l’Institut d’histoire d’Europe de l’Est de l’université de Vienne était envisagée (car le LBI regroupe des chercheurs qui travaillent sur la période post-1945, ce qui n’est pas abordé à l’université, au moins pour ce qui concerne l’Europe centrale). En outre, l’université était prête à effectuer un investissement substantiel… mais les administrateurs de la Fondation Boltzmann n’ont rien voulu savoir, refusant de considérer le rôle historique de l’Autriche sur ces sujets. Cette triste situation permet de tirer deux constats concernant l’Autriche : tout d’abord, une certaine désinvolture intellectuelle et universitaire concernant les recherches sur ‘Europe centrale après 1918, qui s’élève en contraste flagrant avec la politique économique et financière de l’Autriche dans cette région, qui est au contraire très dynamique (peut-être serait-il pourtant opportun de faire enfin le deuil de la chute des Habsbourg). Ensuite, cette décision traduit sans doute un désintérêt politique croissant pour la recherche en général et pour la recherche en sciences sociales en particulier, qui place l’Autriche – qui n’a plus de politique nationale propre dans ce domaine – en situation de parent pauvre et de plus en plus dépendant de la recherche (et de la prospérité) allemande. L’université de Vienne, pourtant la plus grande université du monde germanophone mais aussi la plus ancienne, peine à tenir son rang dans l’Union européenne, déjà en voie d’être dépassée par les ex-pays communistes.

Mais comme même les plus petites batailles comptent, une pétition (en allemand, avec traduction en anglais) permet de témoigner sa solidarité avec les chercheurs concernés, avec peut-être une chance de retourner la décision si elle obtient suffisamment de signatures. A vos claviers !

Publicités

7 mars 2012 - Posted by | Autriche | , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :