Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

L’Autriche paradis du secret bancaire (suite) : un pays au service des dictateurs

Le président autrichien Heinz Fischer avec Bachar el-Assad (c) AP - Et dire que c'est là que je cours le plus souvent (Parc de Schönbrunn !)

En 2009, de peur de figurer sur la liste noire des paradis fiscaux, l’Autriche avait accepté « de fournir des informations bancaires si des soupçons justifiés et argumentés lui [étaie]nt présentés, y compris en l’absence de procédure pénale», ainsi que l’avait déclaré le ministre autrichien des finances de l’époque, Josef Pröll (cf. ce billet). C’était surtout, à l’époque, l’argent placé par les Russes – souvent sous forme d’investissements immobiliers – qui faisait scandale. Des journalistes s’étaient émus de l’origine des fonds et  l’exemple du « clan Loujkov », du nom de l’ancien maire de Moscou,  avait fait couler beaucoup d’encre dans les rédactions. Seulement, aujourd’hui, avec les révolutions en cours au Moyen-Orient, on réalise que ce sont les familles Kadhafi et Assad qui avaient en Autriche de solides bases arrières. Bien entendu, en Europe, la France, l’Allemagne ou la Grande-Bretagne ont aussi servi pour les investissements de dictateurs de toute sorte (et se sont servis par la même occasion !). Il est cependant intéressant de noter que l’Autriche a aidé à préparer la fuite du clan Kahadafi et imprimé les billets syriens (cf. articles ci-dessous de Blaise Gauquelin, tels qu’on peut les lire sur son site).

 

 

Libération le 31 août 2011

La fuite du clan Kadhafi semblait préparée. De l’argent libyen gardé en Autriche a été récemment transféré vers Alger. En juin, l’Autriche a obtenu de Bruxelles qu’elle retire Moustafa Zarti, ex-vice-président du fonds souverain d’Etat libyen, de la liste des personnes visées par les sanctions. Ce Libyen, qui possède également la nationalité autrichienne est un fidèle du défunt régime. Il a depuis accès à des comptes dont on ne sait s’ils sont réellement les siens. Au printemps, les avoirs des Kadhafi en Autriche étaient estimés à 30 milliards de dollars (20 milliards d’euros). (ici cet article sur le site de Blaise Gauquelin)

 

Libération le 6 août 2011

Vienne fait tourner la planche à billets syriens – Malaise en Autriche alors que la banque nationale imprime la monnaie du régime baasiste.

A la banque nationale autrichienne (ÖNB), on assure être préoccupé par la question : doit-on continuer à imprimer les billets d’un régime qui massacre son propre peuple ? Personne ne le sait, mais les livres syriennes sont en partie « made in Austria », sortant des matrices de l’institut d’impression de l’ÖNB, au cœur de Vienne.

Depuis trois ans, à coup de liasses de 50, 100 et 200 livres, l’honorable institution renfloue donc les caisses du régime dès que celui-ci se trouve à sec. En 2008, un contrat a été signé noir sur blanc, de banque nationale à banque nationale. Mais 2008 était une autre époque… On ne parlait pas encore de colonnes de chars perçant les villes syriennes. Le président Bachar al-Assad était présenté aux opinions publiques comme un réformateur moderne.

« Désagréables ». L’ÖNB avoue aujourd’hui se trouver pieds et poings liés. Mais la banque autrichienne aurait-elle dénoncé d’elle-même ce contrat ? La révolte contre le régime de Al-Assad dure depuis plusieurs mois, la répression se durcit et l’Union européenne a encore renforcé les sanctions contre Damas. Or, c’est à l’opposition syrienne en exil que les Autrichiens doivent de connaître l’existence d’un tel contrat, à la teneur symbolique explosive. Interrogée par la radio-télévision publique ORF, la direction de l’ÖNB jure qu’elle étudie l’accord… (ici cet article sur le site de Blaise Gauquelin)

15 septembre 2011 - Posted by | Uncategorized | , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :