Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Cent ans plus tard, encore des combats à mener…

Frauentag 1911

Vienne, 1911 (source : Österreichische Nationalbibliothek)

Le première fois que la Journée internationale des droits de la femme a fait l’objet d’une manifestation, c’était le 19 mars 1911, dans quatre pays simultanément : au Danemark, en Allemagne, en Suisse… et à Vienne, alors capitale de l’Autriche-Hongrie. On avait compté environ 20 000 personnes sur le ‘Ring’, ce boulevard circulaire qui délimite le coeur de la ville. Cent ans plus tard, l’affluence n’était que d’un tiers… alors que de nombreux combats sont encore à mener (comme en France). En Autriche, le travail précaire à temps partiel touche deux fois plus les femmes que les hommes (cf. ces données) et on estime qu’à travail égal, les femmes ont 25% de salaire en moins. Elles ne sont que 3,9% dans les conseils d’administration des 20 plus grosses entreprises cotées en bourse (8,5% dans les conseils de surveillance). Neuf de ces entreprises n’ont aucune femmes dans leur conseils de surveillance (bwin Interactive Entertainment AG, Flughafen Wien AG, Intercell AG, Mayr-Melnhof Karton AG, RHI AG, Schoeller Bleckmann oilfield equipment AG, Semperit AG Holding, Voestalpine AG, Zumtobel AG).

Il y a bien quelques femmes au gouvernement mais comme le faisait remarquer Irma Schwager, une grande résistante très active dans les mouvements féministes, « A quoi bon six femmes au gouvernement, si elles ne font pas de politique pour les femmes ? » (voir référence ci-dessous). A titre d’exemple,

Mme Heinisch-Hosek, ministre actuelle « des affaires des femmes et service public » (Bundesministerin für Frauenangelegenheiten und Öffentlichen Dienst), s’est enthousiasmée (photo ci-contre) pour l’accord trouvé avec le ministre de l’économie, M. Mitterlehner. Cet accord prévoit qu’en 2018, pour les 55 entreprises dont l’Etat contrôle plus de 50% des actions, les femmes devront être présentes à 35% dans les conseils de surveillance (la ministre voulait 40%, son collègue 30, ils se sont décidés pour 35). Aucune sanction n’est envisagée et d’ici 2018, bon nombres de lois et décrets auront le temps d’être votés.

Un aperçu de la manifestation du 19 mars 2011

A lire :

Vienne, 8 mars 1929

20 mars 2011 - Posted by | Autriche, Féminisme, Sexisme | , , , ,

Un commentaire »

  1. Merci,

    Cent ans après : des nouveaux combats à mener ->
    http://affairesfamiliales.wordpress.com/2012/01/17/reponse-dun-homme-au-feminisme-lache/

    Commentaire par AffairesFamiliales @EnfantsDroits | 2 février 2012 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :