Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Un exemple de courage civique

La Cour européenne des droits de l’homme a accepté la requête de Georg Zanger, l’avocat d’Ousmane Camara, le 17/12. La mobilisation a été efficace !🙂

Ousmane Camara est un jeune Guinéen aujourd’hui âgé de 22 ans qui a été arrêté dans son pays à cause de son engagement politique. Pendant qu’il se faisait torturer, les militaires sont allés tuer ses parents. Il a demandé l’asile politique en Autriche, mais lundi 13 décembre, la ministre de l’intérieur a décidé de le renvoyer dans son pays, où la mort l’attend. Cette expulsion devait se faire en passant par la Belgique, pour bénéficier du réseaux FRONTEX visant à faire des économies d’échelle dans les expulsions. Une manifestation a été organisée le soir-même (grâce notamment au groupe No Border. No Nation. Stop Deportation. sur Facebook), devant le centre de rétention de la police (comme la dernière fois, lorsque des sans-papiers avaient été raflés au stade). Ousmane Camara a été l’objet de traitements dégradants de la part de la police (selon son avocat, il a été laissé nu, une journée entière, avec une caméra de surveillance dans la cellule). De nombreuses photos rendent compte de la manifestation de soutien (il y a aussi une vidéo).

Les policiers ont tout de même pu l’emmener à l’aéroport mais là – surprise – deux militants avaient réussi à acheter des billets sur le même vol et sont parvenus, en manifestant leur émotion, à empêcher le décollage !

Ousmane Camara a été ramené et son avocat a pu déposer une nouvelle demande, il a échappé à une expulsion synonyme, dans son cas, de mort. Le compte-rendu des journaux est représentatif des lignes éditoriales. Le Standard, centre-gauche, titre « Un demandeur d’asile de Guinée reste pour l’instant ici » (Asylwerber aus Guinea bleibt vorerst hier), Die Presse, situé à droite (proche du parti conservateur ÖVP) préfère « Schwechat [métonymie de l’aéroport] : des vandales empêchent l’expulsion » (Wien-Schwechat: Randalierer verhindern Abschiebung) tandis que le tabloïd de caniveau, Die Krone, choisit « Des vandales africains blessent quatre fonctionnaires de police » (Randalierender Afrikaner verletzte vier Polizeibeamte), ici un billet récent sur la « Krone » – là encore, les commentaires des internautes sont affligeants).

Un grand bravo à ceux qui ont eu le courage de prendre des risques pour empecher l’expulsion. « Chapeau bas ». En France, ce genre d’acte (« l’entrave à la circulation d’un aéronef ») est particulièrement réprimé (cf. cette page du GISTI), j’ignore qu’elle est la législation en Autriche et crains le pire…

Sources : le blog d’un député vert, Klaus Werner-Lobo.

Ousmane Camara

17 décembre 2010 - Posted by | Autriche, Expulsions, Journalisme, Uncategorized | , , , , , , , ,

2 commentaires »

  1. Je salue le courage de ceux qui ont acheté un billet d’avion et reussi à susciter l’émotion des passagers et du commandant de bord!
    s’il y a une petition,bien sûr que je la signe!
    les infos de cette nature doivent être partagées!

    Commentaire par mao | 17 décembre 2010 | Répondre

  2. Bel exemple de mobilisation citoyenne.. Exemplaire. La résistance est bien une notion contemporaine..

    Commentaire par Falcou-Segal Mathilde | 17 décembre 2010 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :