Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Mieux vaut ajouter une croix gammée…

Un article que j’ai publié dans Le Monde libertaire reprend cette histoire (ici en PDF).

L’Autriche a une ‘affaire de Tarnac‘ à son image…

Depuis le 6 juillet 2010, trois étudiants sont en détention provisoire à Vienne, à la prison de Josefstadt. Ce qu’on leur reproche ? Tout simplement d’être éventuellement liés à un incendie de poubelles, le 27 juin, devant un bureau de l’AMS, le ‘Service du marché du travail’, l’équivalent autrichien de l’ANPE (‘Pôle emploi’ pour les up-to-date). L’incendie semble avoir des motivations politiques puisqu’une page indymedia l’a revendiqué (avec une vidéo de l’incendie mise en ligne).

Il s’agirait d’un combat contre l’AMS en tant « qu’entreprise disciplinaire » préparant les travailleurs à des « situations d’exploitation de type capitaliste ».

Toujours est-il qu’à ce jour aucun indice ne laisse penser que les trois personnes arrêtées sont responsables de cet incendie (leur avocat n’a pas accès au dossier). Le parquet évoque toutefois les paragraphes §278a et b du code pénal, visant respectivement les « organisations criminelles » et les « groupes terroristes », pour prolonger de deux mois les détentions !

L'entrée de l'AMS, après l'incendie

L’incendie de poubelle n’est pas un sport national mais il se trouve que dans la nuit du 9 au 10 juillet, d’autres poubelles ont été incendiées au pied d’un centre d’accueil de migrants. Des fumées toxiques ont atteint le dernier étage et, aux dires des experts, la vie des résidents était menacée. Sur les lieux, les auteurs ont dessiné des croix gammées et inscrit des propos racistes. La  police semble n’avoir rien entrepris pour arrêter les skinheads présents (cf. ce rapport). Quelques jours plus tard, un individu faisant partie des ‘Hammerskins’ a été interpellé. Il a été mis en examen, mais laissé libre.

La comparaison est inévitable (cf. cette page). Les skins autrichiens sont connus pour leurs exactions à l’encontre des étrangers. La campagne du FPÖ pour la défense du « sang viennois » (cf. ce billet) ne peut que les y encourager, d’autant plus que dans bien des cas, la police les soutient ou dissimule leurs crimes. Pour mémoire, en 2008, pendant la Coupe d’Europe de foot, pour ne pas donner une mauvaise image du pays, un incendie criminel, à Klagenfurt, d’un centre de demandeurs d’asile, avait été maquillé par les autorités comme accident. Un rapport d’experts a pu prouver que l’incendie avait bien été provoqué par de l’essence et non par une cigarette mal éteinte (cf. ce billet). Voilà pour le profil des auteurs présumés de l’incendie de Floridsdorf.

A Floridsdorf, les skins ont désigné les numéros des logements visés

Et le profil des étudiants arrêtés ? Je ne connais que celui de deux étudiantes, engagées à l’automne dernier dans le mouvement étudiant « uni brennt » (cf. ce billet). L’une des deux a réalisé un film sur ce mouvement, projeté en mars au principal festival du film autrichien, la ‘Diagonale’.

En France, il semblerait que Julien Coupat ait surtout été arrêté en raison de son engagement libertaire. Puisque c’est officiellement le ‘terrorisme’ qui constituait le chef d’accusation retenu pour le placer en détention provisoire, ce dernier déclarait : « l’anti-terrorisme est la forme moderne du procès en sorcellerie ». « Reprenant à son compte ce rapprochement, [un] journaliste (…) estimait que « ce qui est désormais reproché à Julien Coupat, ce n’est pas d’avoir arrêté des trains dans des circonstances plus dignes d’une BD de ‘Lucky Luke’ que d’un véritable complot terroriste international, mais d’avoir écrit un livre s’intitulant, sataniquement presque, L’Insurrection qui vient » (source Wikipédia).

En Autriche, les ‘terroristes’ ne sont pas les skinheads qui mettent le feu à des foyers d’immigrés, mais les cinéastes qui filment la révolte estudiantine. Il paraît donc préférable, si l’on met le feu à une poubelle en Autriche, d’ajouter quelques croix gammées pour ne pas risquer la prison !

Autres sources : Article paru dans le principal quotidien, Der Standard et compléments sur le blog de la journaliste qui a rédigé l’article.

PS/ Le 22 août, une manifestation de soutien était organisée, avec, hélas, seulement une petite centaine de participants (cf. photos).

Les étudiants ont été libérés lundi 23 août, après plus de six semaines de détention, cf. cet article (Der Standard) ou celui-ci (Fightrepression). 25/8 : Peter Sloterdijk s’est solidarisé avec eux (cf. cet article).

23 août 2010 - Posted by | Autriche, Extrême droite, Uncategorized | , , , , , , ,

Un commentaire »

  1. excellente dénonciation très courageuse dans un pays qui fait aussi froid dans le dos alors que son côté « gemutlich » est mis en avant…..
    MERCI DE CETTE INFORMATION!

    Commentaire par MAO | 24 août 2010 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :