Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Hans Dichand n’était pas qu’un magnat de la presse, l’or dure…

nonfiction.fr a repris cet article (ici) dans la rubrique actualités

C’est la citation ci-contre qu’a choisi le groupuscule d’extrême droite « Parti populaire national » pour rendre hommage à Hans Dichand, l’homme qui a fait la Kronen Zeitung (ou Krone comme l’appellent les Autrichiens). Cette citation d’abord : « Je ne suis pas raciste ni contre les étrangers. Je suis simplement contre le fait qu’on soigne un certain dilettantisme d’humanité, aux crochets des contribuables, simplement parce qu’on soutient des parasites sociaux et des criminels. » Évidemment, on a du mal à imaginer cela dans les écrits de l’homme le plus puissant des médias autrichiens… mais il suffit d’entrer « Dichand Sozialschmarotzer » dans un moteur de recherches pour voir les sources les plus sérieuses reprendre cette citation parmi de nombreuses autres, du même acabit.

Dichand a pris le contrôle de la Kronen Zeitung en 1959 et en a fait le tabloïd (ou « journal de caniveau », au choix) le plus populaire au monde, eu égard à la proportion de lecteurs dans le pays. La Krone c’est un tirage à 820 000 exemplaires pour 2,9 millions de lecteurs… dans un pays de 8,4 millions d’habitant (un adulte sur deux !). Même la Bild Zeitung, en Allemagne, feuille de chou tout aussi nauséabonde, ne tire qu’à 3 millions d’exemplaires et ne touche que 11,6 millions d’Allemands.

Lire la suite

22 juin 2010 Posted by | Autriche, Catholicisme, Uncategorized | , , , , , | 13 commentaires