Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

La Mostra de Venise célèbre la fin du capitalisme triomphant

Hugo Chavez et Oliver Stone

Un article sur le Lion d’or décerné au film Lebanon, de Samuel Maoz

Passant une semaine à la Mostra de Venise dans le cadre du mon projet EURO-FESTIVAL, j’ai écrit un petit texte, « La Mostra de Venise célèbre la fin du capitalisme triomphant » paru ici sur nonfiction.fr (le 8 septembre).

Parmi la vingtaine de films vus jusqu’à présent (et non cités dans l’article ci-dessus), j’attire votre attention sur Lebanon, film israélien de Samuel Maoz. J’en sors tout juste, assez remué. L’action se passe entièrement dans un tank israélien, en 1982, au début de guerre du Liban. Les traumatismes, les crimes de guerre; l’utilisation du phosphore… ce film fait écho au désormais célèbre Valse avec Bachir (d’Ari Folman)…

En attendant la fin (le 12), voici déjà quelques photos de la Mostra.

Les films que j’ai vu (et dont je peux vous parler – ici que des * de * à ****)
  1. Great Directors, d’Angela Ismailos ** les entretiens avec les réalisateurs (K. Loach, S. Frears, C. Breillat, A. Varda, B. Bertolucci et qqs autres sont toujours bien menés, sur ce qui motive les cinéastes, mais d’où vient ce besoin de la réalisatrice de se mettre sur quelques plans ?
  2. – Metropia, de Tarik Saleh *** un film d’animation sur le pouvoir de contrôle d’une société régie par les médias, l’Europe en 2024, après l’interconnexion des métros…
  3. The Road, de John Hilcoat * => « whatta piece of shit! ». Beaucoup de clichés sur la relation père-fils dans un paysage post-apocalyptique. Ils passent deux heures pourchassés par différents cannibales…
  4. Francesca, by Bobby Paunescu *** sur l’immigration des Roumains en Italie
  5. Il Colore Delle Parole, by Marco Simon Puccioni *** sur l’histoire de la présence des immigrés africains en Italie
  6. Domaine, de Patric Chiha ** C’était curieux de revoir Béatrice Dalle mais bon…
  7. Prince of Tears, de Yonfan ** Assez esthétisant, comme souvent dans le cinéma asiatique destiné aux occidentaux, avec des plans dans une classe d’école filmés en plongée, des larges plans sur le vent dans les champs, beaucoup de sonates au piano, de violons etc.
  8. Persécution, de Patrice Chéreau ** intéressant, sur la difficulté de vivre l’amitié et l’amour.
  9. My boy, my boy, what have ye done, de W. Herzog (qui a ainsi deux films en compétition) ** Un hommage à Lynch, le producteur, certes, mais un hommage n’est pas un film ! Même Variety n’as pas aimé, cf. leur critique.
  10. Good Morning Aman, de Claudio Noce **** MON COUP DE COEUR **** à la Semaine de la critique. Sur l’amitié, à Rome, entre un jeune Somalien et un ancien boxeur, sur fond de misère sociale et de désirs d’immigration vers Londres.
  11. Choi Voi (Adrift), de bui Thac Chuyen ** Sur l’amitié entre deux femmes vietnamiennes, et son évolution lorsqu’une des deux se marie…
  12. South of the border, d’Oliver Stone ***Le réalisateur enquête sur la monté du Bolivarisme en Amérique du Sud à travers des entretiens avec la plupart des chefs d’Etat (Chavez, Morale, Kirchner…). C’est instructif, souvent drôle, on ne voit pas le temps passer,  mais c’est tout de même très monochrome et parfois simpliste. Cf. article que j’ai écrit sur nonfiction.fr
  13. Once Upon a Time Proletarian: 12 Tales of a Country, de Xiaolu Guo *** Très beaux portraits dans la Chine contemporaine.
  14. Francia, de Israel Adrian Caetano * sur une famille en crise (affective et sociale), en Argentine. Trop long !
  15. Capitalism: A Love Story, de Michael Moore *** Nouvel opus du trublion. Des épisodes souvent délectables mais comme d’habitude, il ne faut pas chercher la finesse. Cf. article que j’ai écrit sur nonfiction.fr
  16. Brooklyn’s Finest by Antoine Fuqa *** Cf. article que j’ai écrit sur nonfiction.fr
  17. Qu’un seul tienne et les autres suivront by Léa Fehner *** Un film au ton juste sur des histoires simples, celles de familles ou d’invidus qui se retrouvent dans le parloir d’une prison. Des acteurs époustouflants comme Reda Kateb, remarqué dans Un Prophète (Cannes 09)…
  18. Zarte Parasiten de Christian Becker et Oliver Schwabe * Vergiß es! Die Anderen verarschen,um aus der Krise auszukommen?
  19. The Informant, de Steven Soderbergh ** Et Dire que c’est l’uateur de Sexe, mensonges et vidéo ! Hollywood l’a bien bouffé. Cf. article que j’ai écrit sur nonfiction.fr
  20. – Lebanon de Samuel Maoz **** Ce film tourné à l’intérieur d’un char au début de la Guerre du Liban, en 1982, a reçu un accueil enthousiaste du public et de la critique. C’est mérité !
  21. Lištičky (Les petits loups), de Mira Fornay *** Sur les déboires de deux sœurs slovaques émigrées en Irlande…
  22. Honeymoons, de Goran Paskalijevic *** Sur un thème proche, l’auteur dresse le portrait de deux jeunes couples, l’un en Serbie, l’autre en Albanie, cherchant à entrer dans l’Europe forteresse.
  23. Napoli, Napoli, Napoli, d’Abel Ferrara ** Un tableau sans concession de la misère napolitaine. La drogue, la mafia, la pauvreté, l’absence de perspective et la prison comme case de départ et d’arrivée. A vous dégouter de vacances dans le coin !
  24. Sinner de Meni Philip **** Un court-métrage (28′) bouleversant sur un jeune adolescent d’une Yeshiva dont un rabbin abuse…

8 septembre 2009 - Posted by | Uncategorized | , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :