Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Au sujet du « Dictionnaire de la Shoah »…

C’est pour commémorer les 67 ans de la Rafle du Vél’ d’Hiv’ (16-17 juillet 1942) que j’ai publié (ici sur nonfiction.fr) une recension du Dictionnaire de la Shoah. Mon texte traite de l’utilisation irréfléchie du mot « Shoah », du Yiddishland anéanti (un oubli majeur dans ce dictionnaire) ainsi… que de l’Autriche bien sûr !

A suivre au sujet du Vél d’Hiv, ce film de Roselyne Bosch,  La Rafle, actuellement en cours de tournage en Hongrie, et dont la sortie est prévue en France en mars 2010 (ici un article intéressant sur ce film).

Samedi 18 juillet, dans l’émission Questions d’éthique (sur France Culture), Monique Canto-Sperber s’est entretenue avec Hannes Gellner, co-auteur de  La Mémoire des enfants (avec Thomas Draschan), un film qui traite directement de la Rafle du Vél d’Hiv… Le film avait été projeté à Vienne à deux reprises (en novembre 2006 dans le cadre du Festival du Film juif, cf. page 96 de l’article présenté dans le billet précédent, et pour les 65 ans de la Rafle, en juillet 2007) => ECOUTEZ L’EMISSION EN MP3, ici.

Enfin, dans un souci d’actualité, je vous recommande la lecture de cet article de Maurice Rajsfus, « Cela porte un nom : une rafle« , sur la situation des sans-papiers en France (Libération, 7 juillet 2009, p. 33).

PS/ Un livre utile, dont de larges extraits sont téléchargeables en ligne, se trouve ici. C’est la Chronique de la Shoah.

16 juillet 2009 - Posted by | Autriche, Cinéma, Mémoire, Nazisme, Uncategorized | , , , ,

Un commentaire »

  1. Mon cher Jerome,
    En effet, l’emploi du mot Shoah qui pourrait etre traduit par « pahad vhosher » (terreur et tenebres) est devenu incomprehensible comme beaucoup d’autres mots (Dieu en est un autre, religion, etc etc) coupes de leurs racines, de leur sens, de leur sagesse.
    Le mot hebreu « horban » (catastrophe, aneantissement, destruction) me paraitrait beaucoup plus apte a decrire si c’est possible le caractere insondable, terrifiant et monstrueux de l’Evenement. D’ailleurs, peut-etre faudrait-il, d’abord,se poser la question , non pas du pourquoi, mais du quoi. Le sens.

    Commentaire par marcuse | 16 juillet 2009 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :