Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

« De nous tous, ils sont les plus européens »

 

La situation des Roms en Europe – conférence du 4 mai 2009 à l’Institut français de Vienne (ici des photos de l’ensemble)

At the end of this post, a report in English (thanks Joe),dann auf Deutsch, ici des photos avec un petit film (merci Louis, ici que le film) et là un film de Michel Mougey.

Prenant pour point de départ cette citation de d’écrivain allemand Günter Grass, « de nous tous, ils sont les plus européens », l’ADFE Autriche a organisé le 4 mai dernier une soirée débat sur la situation des Roms (ou Rroms) dans quelques parties de l’Europe : la France, l’Autriche, mais aussi la Slovaquie, la Serbie et le Kosovo. Au cours des trois mois de préparation de cet événement, les journaux se sont hélas fait l’écho de l’actualité du sujet puisque des assassinats racistes, touchant spécifiquement des Roms, ont eu lieu en République tchèque et en Hongrie. Des maisons ont été incendiées, une véritable flambée de violence anti-rom s’est fait jour.

Les Roms (parfois appelés à tort Tsiganes) représentent en Europe une population de 10 à 12 millions de personnes. Ceux-ci sont aujourd’hui très souvent discriminés ou persécutés, que ce soit dans les pays fondateurs de l’Union européenne ou dans les anciens pays d’Europe centrale ou orientale. Ainsi, en Italie les empreintes digitales des enfants roms sont relevées, rappelant ainsi d’autres périodes sombres de l’histoire européenne. En France, 40% des 30 000 expulsés de l’année 2008 étaient des Roms roumains ou bulgares issus des bidonvilles. A Sofia, en 2005, à l’initiative de la Banque mondiale et de la Fondation Soros, une « décennie de l’intégration des Roms » avait été inaugurée. La République tchèque, la Hongrie, la Slovaquie, la Bulgarie, la Roumanie, la Croatie, la Macédoine et la Serbie-Monténégro, avaient signé une déclaration commune dans laquelle ils s’engageaient « à travailler pour une élimination de la discrimination et du fossé inacceptable qui sépare les Roms du reste de la société ». Un premier sommet européen consacré à la situation des Roms s’est tenu en septembre 2008. Entre 2000 et 2006, l’UE a consacré près de 275 millions d’euros à des projets ciblant spécifiquement la population rom. Le résultat de ces programmes est souvent bien décevant et l’objet de cette conférence était d’allier la présentation de projets concrets et efficaces, avec une approche plus générale au niveau des différents pays (programme complet ici).

Cette manifestation ne pouvait se réaliser qu’avec des partenaires, roms en premier lieu, mais aussi avec des institutions capables de porter le projet sur le plan logistique et financier. Le président de l’association culturelle des Roms autrichiens (ainsi que du Conseil représentatif du groupe ethnique rom), Rudolf Sarközi, a accepté d’intervenir dans le panel consacré à la situation en Autriche. Il a d’abord rappelé son propre parcours, sa naissance dans un camp de concentration, sa difficile intégration dans une Autriche marquée par les discriminations anti-roms, sa vie professionnelle entre les chantiers du bâtiment et son emploi comme éboueur pour la ville de Vienne. En 1992, il a cependant obtenu la reconnaissance de la communauté rom comme minorité ethnique, ce qui s’accompagne, comme il l’a souligné, de droits mais aussi de devoirs. Ivan Akimov, qui dirige le groupe d’enfants roms slovaques ‘Kesaj Tchave‘, constituait un pont entre la Slovaquie et le France. Le groupe se produit régulièrement en France et – surtout – il a permis le développement de projets similaires dans les bidonvilles français où de nombreux Roms, souvent issus de Roumanie, survivent (Bielka Mijoin, chanteuse, a présenté un de ces projets à Montreuil, en Seine Saint-Denis). Pour parler du Kosovo, c’est Valon Murtezaj, chargé auprès du premier ministre du Kosovo de la question des droits de l’Homme, qui est venu spécialement. Après les deux heures de conférence, la discussion s’est prolongée autour d’un buffet et une douzaine d’enfants et d’adolescents de Kesaj Tchave ont présenté un spectacle des plus vivants, mêlant danse et musique rom (ici un fichier son à écouter).

Pour mener à bien ce projet, le premier soutien est venu de l’ambassade de France en Autriche, à la faveur d’un changement de directeur de l’Institut français qui a permis une véritable ouverture de l’institut sur des questions de société. Le Centre de recherches Félix Kreissler sur les relations franco-autrichiennes de l’Académie diplomatique a également répondu présent, acceptant de lancer les invitations, tandis que la Ville de Vienne et la fondation liée à l’Institut de recherches comparatives en sciences sociales ont également apporté un soutien financier. La salle était comble et le public, très varié, était manifestement intéressé par les débats et ravi de la dimension festive de l’événement.

 

Johannes Blaas wrote:

An evening consisting of a conference and a performance of music and dance was held at the French Cultural Institute in Vienna on 4 May 2009 in conjunction with ICCR Foundation and the City of Vienna. The initiative was taken by a senior researcher at ICCR, Jérôme Segal, who also happens to be on the board of the Austrian section of the Association of French Democrats Abroad (ADFE), another partner of this event.

The Roma population is composed of about 8 to 12 million people, mainly in south-eastern Europe. Thus, they represent the largest ethnic minority in Europe and their very wretched economic and social situation has led to many initiatives on the national, European and even OSCE levels, whose results have always been disappointing. In Eastern Europe, the recent integration of Romania and Bulgaria in the EU has enhanced awareness regarding Roma. They are discriminated in their ‘home’ countries and also encounter major difficulties when they try to migrate within Europe. In the older Member States, the economic crisis has led sections of the local population to regard Roma as scapegoats. Most of the recently emigrated Roma live in slums. Of late, Roma have been murdered in the Czech Republic as well as in Hungary merely due to their ethnicity.

This was the backdrop against which the event was organized. It was placed under the official patronage of the Diplomatic Academy. To be more precise, ICCR Foundation worked in conjunction with the ‘Felix Kreissler Institute for Austro-French Relations’, headed by Michel Cullin. For this reason, three regions in Europe represented the focus of analysis during the evening: France, Austria and also Serbia/Kosovo. In the course of the evening, which started at 6 p.m. (see the programme below), each of the three panels was composed of social workers or artists working with Roma on a daily basis as well as representatives of the Roma communities or researchers presenting a more general view of the topic.

Die Lage der Roma in Europa

4 Mai 2009, Wien, Österreich

„Unter uns Allen, sind sie die Europäischsten“ (Günter Grass)

Die Félix Kreissler Arbeitsstelle für österreichisch-französische Beziehungen der diplomatischen Akademie lädt am Montag, den 4. Mai, im Salon Rouge des französischen Kulturinstituts, zu einer Podiumsdisussion über die Lage der Roma in Europa ein.

In Europa leben zwischen 10 und 12 Millionen Roma, die regelmäßig unterschiedlichsten Formen von Diskriminierungen ausgesetzt sind, dies sowohl in den ‚neuen‘ als auch in den ‚alten‘ EU-Mitgliedsstaaten. 2005 wurde in Sofia, auf Initiative der Weltbank und der Soros Foundation, das „Jahrzehnt der Integration der Roma“ eröffnet. Die tschechische Republik, Ungarn, die Slowakei, Bulgarien, Kroatien, Mazedonien und Serbien-Montenegro unterzeichneten eine Erklärung, in der sie sich verpflichteten, „auf die Beseitigung der Diskriminierung hinzuwirken und die unvertretbare Kluft zwischen den Roma und dem Rest der Gesellschaft zu überbrücken“. Zwischen 2000 und 2006, hat die EU ungefähr 275 Millionen Euro für entsprechende Projekte aufgebracht. Ein erster EU-Gipfel zu diesem Thema fand im September 2008 statt. Mit welchem Erfolg?

Der deutsche Schriftsteller Günter Grass schrieb einst über die Roma, „Sie sind, was wir versuchen zu sein, echte Europäer. (…) Unter uns Allen, sind sie die Europäischsten“. Ganz in diesem Sinn, was sagt uns die Lage der Roma heute, über das Europäische Konstrukt und wie können die Versprechen der PolitikerInnen, am Besten umgesetzt werden? Das Ziel dieser Podiumsdiskussion ist es, mit Fokus auf Europa, erfolgreiche Projekte vorzustellen und zu diskutieren.

Programm

18:00 – Eröffnung durch Philippe Noble, Kulturrat der französischen Botschaft in Österreich, Leiter des französischen Kulturinstituts in Wien.

18:15 – Die Lage der Roma in Frankreich

Claire Lévy-Vroelant, Professorin an der Universität Paris 8, österreichisch-französischer Master der Universität Wien, Mitglied des „Centre de recherche sur l’habitat“ (CNRS), arbeitet an der Vernetzung vonRoma bezogenen Projekte in Montreuil.
Bielka Mijoin, Sängerin, verantwortlich für ein Projekt in Montreuil.
Ivan Akimov, Leiter der Grupe Kesaj Tchave, Roma Kinder-Musik- und Tanzgruppe mit Auftritten in ganz Europa.

18:45 – Die Lage der Roma in Österreich

Claudia Schamanek, Thara Projekt / Volkshilfe.
Rudolf Sarközi, Obmann des Kulturvereins österreichischer Roma, Vorsitzender des Volksgruppenbeirates der Roma.

19:15 – Die Lage der Roma in Serbien und Kosovo

Elisabeth Ettmann, Sozialarbeiterin des Vereins „Im Ausland“.
Djurica Nikolic, interkultureller Multiplikator, Obmann des Vereins „Im Ausland“.
Michel Cullin, Arbeitsstelle für österreichisch-französische Beziehungen der DA, beschäftigt sich mit den Minderheitenrechten in der neuen Verfassung Kosovos, insbesondere bezüglich der Roma.
Valon Murtezaj, Politologe an der ‘University for Business and Technology’ in Pristina, Beauftragter für Menschenrechte des Premierministers des Kosovo.

19:45 – Diskussion (Moderation : Jérôme Segal (ICCR/ADFE).

20:30 – Büffet und Musk mit der Grupe Kesaj Tchave (Roma Kinder-Musik- und Tanzgruppe aus der Slowakei, http://www.myspace.com/kesajtchave)

Sprachen

Französisch und Deutsch

Ort

Währinger Strasse 30
1090 Wien (Parkplätze vorhanden, U2/U4 Schottentor).

Diese Veranstaltung wird Unterstützt von

  • dem französischen Kulturinstitut in Wien (Französische Botschaft in Österreich)
  • der ICCR Foundation (Interdisciplinary Centre for Comparative Research)
  • der Demokratischen Vereinigung der Franzosen im Ausland e.V. (Français du Monde – ADFE)
  • Magistratsrat der Stadt Wien (MA 7 – Kultur, Wissenschafts- und Forschungsförderung)

 

7 mai 2009 - Posted by | Autriche | , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :