Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

« Si ça vous plaît pas, vous pouvez aller vivre ailleurs ! »

Quelques lignes au sujet des résultats pour le moins inquiétants des élections législatives du 28 septembre en Autriche… en commençant par une anecdote du mardi 30 septembre.

Je demandais un demi pain dans une petite boulangerie et m’étonnais du prix qui était indiqué au kilo. Je demandais si le poids du demi pain correspondait à une livre (« Pfund » en allemand). Peu affable, la serveuse me sort « Il n’y a pas de ‘Pfund’ en Autriche ». Je me dis « bon, ok, c’est vrai que c’est un terme allemand d’Allemagne peu usité ici, mais quand même elle exagère ». Je lui dis alors « Un Pfund c’est 50 Deka », sachant très bien que le Deka (10g) est typiquement autrichien et pas utilisé en Allemagne. J’ajoute, avec un brin de perfidie (j’assume) : « Le Deka vous connaissez ? » Là, elle me dit, sèchement, « pas de Pfund, c’est tout, ça n’existe pas ». Quand je lui ai rétorqué (toujours avec mon accent français) « Mais l’Autriche pourrait s’ouvrir un peu plutôt que de voter à 30% pour les partis d’extrême-droite… », elle s’est un peu énervée en m’envoyant « Si ça vous plaît pas, vous pouvez aller vivre ailleurs ! ». J’ai clos l’échange en lui expliquant que je me sentais ici chez moi, en Europe, mais ça tournait au dialogue de sourd.

L’ambiance me semble assez tendue à Vienne…

Le SPÖ (parti social démocrate, en tête avec 29,4%) a collé partout des « Danke » sur ses affiches, alors qu’ils ont quand même perdu près de 6 points en deux ans (législatives 2006). L’ÖVP (parti conservateur), avec ses 26%, perd plus de 8 points. En même temps, les deux partis d’extrême-droite totalisent 28,5%, contre 15,1% deux ans plus tôt ! Il s’agit d’une part du FPÖ, où sont restés les éléments les plus proches des mouvements néo-nazis, emmenés par le sémillant Strache (39 ans) et le BZÖ fondé il y a trois ans par le tristement célèbre Jörg Haider (actuel gouverneur de Carinthie). Les Verts quand à eux restent stables avec 10,1% contre 11 % auparavant.

La haine de l’étranger et le repli sur soi ont constitué des faits marquants de la campagne. L’ÖVP a fait une série d’affiches « Ca suffit ! », dont l’une était déclinée avec « Ceux qui habitent chez nous doivent apprendre notre langue – Sans cours d’allemand, pas d’immigration ». Lundi 22, le président de ce parti, le vice-chancelier Molterer était invité à une émission de télévision face à un panel de jeunes (puisque le droit de vote est descendu à 16 ans). L’un d’entre eux lui a demandé pourquoi il reprenait les thèmes de la campagne d’extrême-droite, en s’en prenant aux étrangers (en 2006, on avait le droit de la part du FPÖ « Parler allemand, plutôt que ‘moi pas comprendre’ »). Hallucinant, Molterer lui a répondu que c’était parce que l’insécurité était l’enjeu majeur pour les jeunes. Comme s’il allait de soi qu’immigration et insécurité devaient être liées ! [le 2 oct., j’apprends que le FPÖ est le premier parti chez les hommes de moins de 30 ans ! Cf. cette analyse du SORA]

Au quotidien, les partis ont passé leur temps à inonder les électeurs potentiels de petits gadgets ou cadeaux, à la sortie des bouches de métro, aux grands croisements… En récompense d’une course pour enfant, il y avait des éventails ÖVP, le matin avant de prendre le métro des règles SPÖ, des stylos à bille du FPÖ etc.

Et puis, fait étonnant, les listes d’électeurs sont affichées dans les immeubles : on sait donc qui a la nationalité autrichienne, et qui ne l’a pas… On peut même imaginer que ceux qui veulent s’en prendre aux étrangers auront la tâche aisée. Comme vous el voyez, il y a peu d’Autrichiens dans notre immeuble (45 appartements, 15 votants)

Parfois, l’Autriche fait peur. Le 10 mars 2008, pendant la commémoration des 70 ans de l’Anschluss au Parlement, le fils du dernier empereur, Otto Habsburg a déclaré qu’aucun pays n’avait plus le droit que l’Autriche de se dire victime et qu’il fallait relativiser l’accueil fait à  Hitler sur la Heldenplatz (la place des héros) le 15 mars 1938 : c’était selon lui comparable à une rencontre de foot, et – ce qu’il y a de plus choquant, toute la droite a applaudi, du chancelier (ici souriant à gauche sur la photo) aux ministres.

Plus récemment, en septembre, lors d’un meeting de Strache à Linz, on a vu des bras tendus. Son passé paramilitaire est devenu aussi célèbre que les déclarations de Haider sur les bienfaits économiques du nazisme ou ses attaques contre la communauté juive (et son représentant en Autriche). Pourtant, une grande partie de la presse internationale parle de « droite populiste » (heureusement pas trop en France).

Globalement, les électeurs ont voulu donner un signal fort (participation assez élevée de 77%) pour sanctionner la grande coalition, qui vient de végéter au pouvoir pendant deux ans. Or, quelle est maintenant la répartition des 183 sièges à l’Assemblée ? SPÖ, 58 sièges, FPÖ et BZÖ, 55 (deuxième force politique du pays, même si officiellement les deux partis sont en guerre), 51 pour les conservateurs et 19 pour les Verts. Si le SPÖ maintient (avec raison !) son cap en refusant toute alliance avec l’extrême-droite (même si à d’autres niveaux les collaborations sont fréquentes), il devrait y avoir une nouvelle grande coalition. Or, ceci ne peut que favoriser l’extrême-droite… puisque l’un des messages des électeurs est justement NON à la grande coalition.

En Autriche, plus que partout ailleurs, la fameuse citation de Brecht trouve son actualité : « le ventre est encore fécond, d’où a surgi la bête immonde ».

NB: Le « Si ça vous plaît pas, vous pouvez aller vivre ailleurs ! », on me le sort assez souvent dès que je critique l’Autriche. Des amis m’ont par exemple dit au sujet de mon billet sur les messes et crucifix à l’école publique, que c’était « take it or leave it ». Utopiste que je suis, au contraire, je suis content d’aider les Autrichiens à faire évoluer le pays et comme je le disais à la vendeuse, je suis chez moi en Europe (sans parler du fait qu’un quart de ma famille vient de l’Autriche-Hongrie, aka Cacanie).

PS / A lire sur le même thème, ce billet sur le site de Pauline B., « C’est reparti comme en 40« .

NB / Actualisation du 6 octobre. Les résultats définitifs sont connus (votes par correspondance) : SPÖ 57 mandats, ÖVP 51, FPÖ 34, BZÖ 21 et Verts 20 mandats. Taux de participation 78,1%

1 octobre 2008 - Posted by | Autriche | , ,

9 commentaires »

  1. tiens les boulangers de toute l’europe se sont donné le mot ?
    le mieux qui faisait un enorme pain forestier a 1,5€ n’a pas changé ses prix, mais je me suis apercu que je le mangeais en 2 jours la ou avant j’en mettais trois ou 4… sans en manger plus pour autant !

    Commentaire par florent | 2 octobre 2008 | Répondre

  2. Salut Jérôme, Partir vivre ailleurs, j’en connais qui y songent sérieusement après les résultats du 28 septembre. Ce n’est pas étonnant qu’un tel « conseil » te parvienne de la part d’une boulangère. On se souvient tous de l’acquittement de la « boulangère de Reims » après avoir tué par balles un jeune maghrébin de 23 ans qui avait tenté de voler un croissant. C’est vrai, il fait souvent « chaud » dans ces boutiques, mais dans ton cas, la vendeuse semble avoir moins agressé « l’étranger » qu’une personne qui s’obstine à employer des termes allemands d’Allemagne. Cela reste peut-être étonnant pour quelqu’un qui a débarqué de Berlin [NDJ: via Paris] il y a tout juste 4 ans. En cas de doute, c’est toujours le ressentiment « anti-boche » qui l’emporte sur le racisme de base. C’est un réflexe aux racines historiques dont la plupart des électeurs d’extrême-droite a peut-être oublié les raisons…

    Commentaire par Kiveupadirsonnom | 2 octobre 2008 | Répondre

  3. Il faut absolument sortir l’Autriche de l’Europe, l’Europe n’est pas un club de salopards et nous sommes pas ensemble parceque nous avons les mêmes critéres économiques et la même religion.
    On ne fréquente pas quelqu’un sur ses critères économiques et sur sa religion mais sur des valeurs communes.
    Une exclusion temporaire de l’Autriche (comme on le ferait d’un élève perturbant qui empêche la transmission du savoir) serait un signal fort pour les autres arrivants

    Commentaire par harbon de la brosse | 2 octobre 2008 | Répondre

  4. l’affichage de la qualité de « votant » de certains des habitants d’un immeuble est choquant et contraire au principe de non discrimination qui inspire les textes européens.

    Un recours au médiateur européen est possible

    mais il faut pour celà avoir « intérêt et donc qualité pour agir »

    donc chers européens qui louez ou avez acheté un appartement à Vienne; ce message vous est destiné

    Commentaire par adeline raguet | 2 octobre 2008 | Répondre

  5. Je ne vois pas de rapport entre respecter le droit d’un enfant de CP de ne pas épouser les engagements laïcs radicaux de son père, et donc d’assister à une messe de rentrée avec tous ses futurs petits camarades non pas en tant que fait religieux mais en tant que participation à un rituel d’intégration (qui localement se situe effectivement à cheval entre le sacré et le profane comme l’hymne américain chanté a capella avant tout match de basket NBA) et être placé dans la situation de se soumettre bêtement et bassement à la bêtise humaine parce qu’on n’est pas natif « du pays » qu’on habite. Amalgame typiquement jérômien.

    S’il faut compter seulement sur toi pour sauver l’Autriche et les Autrichiens de leurs démons xénophobes, je suis inquiet!

    Mais il me semble qu’à ce jeu là peu de pays sur la planète s’en tirerait avec les honneurs. Sûrement pas ceux de l’Est européen mais pas même les bons élèves démocrates de l’Europe du Nord comme les Danois !

    Je ne dis rien par décence de nous les Français, donneurs de leçons devant l’Eternel (excuse-moi Jérôme, ça m’a échappé) et pas franchement meilleurs (quoiqu’un peu vaccinés comme no samis d’Outre Rhin par l’Histoire récente)

    Commentaire par Cybertonton | 2 octobre 2008 | Répondre

  6. Un coup d’oeil attentif à la photo de la liste des électeurs résidents de l’immeuble permet de comprendre mieux la logique de la chose. Il s’agit d’inciter de nouveaux résidents ayant vocation à se faire inscrire sur les listes électorales à le faire auprè sdu bureau des élections du quartier.

    Certes, on peut, sans même avoir l’esprit mal tourné, s’inquiéter des détournements possibles d’un tel affichage dans une période troublée comme l’Autriche en a déjà effectivement connue et pourrait peut-être hélas en vivre encore . Cependant, dans pareille hypothèse, les étrangers avec ou sans liste affichée (je suppose que cette liste n’a pas vocation à rester affichée indéfiniment et que notre reporter viennois a saisi le moment de la photographier avec la réactivité qu’on lui connaît) en bas des immeubles auraient de toute façon du souci à se faire.

    Tout cela pour dire que s’il était saisi par des citoyens européens vigilants le médiateur européen pourrait se montrer clément (tiens, tout d’un coup je trouve drole Jérôme qu’un Savonarole comme toi est appelé son fils ainé Clément!) vis-à-vis de l’Autriche, recommendant quand même de substituer à cette liste (qui ne doit choquer personne dans les petites villes 100% peuplées d’autochtones) l’envoi de courier, plus coûteux certes pour le contribuable mais moin sstigmatisant (plutôt que discriminant) pour les hôtes étrangers.

    Commentaire par Cybertonton | 2 octobre 2008 | Répondre

  7. Oui, je reconnais qu’on peut voir un côté positif à ces affichage pour améliorer la participation électorale mais l’histoire (très contemporaine) de l’Autriche est telle, que le passé ne passe pas vraiment. C’est comme les malvoyants : ils ont l’obligation (pour des questions d’assurance), de porter au bras un brassard jaune avec trois gros points noirs. Tu diras, « c’est bien, comme ça on les repère, on fait attention, on peut les aider », alors que moi je vois aussi de la stigmatisation… et cela évoque des souvenirs.

    Commentaire par segalavienne | 2 octobre 2008 | Répondre

  8. En Autriche, plus que partout ailleurs, la fameuse citation de Brecht …etc.
    Je ne suis pas d’accord: ni plus ni moins qu’en France, par exemple. L’histoire, la « petite » histoire, a prouvé qu’il ne fallait pas grand chose pour qu’un électorat « bascule » dans une couleur peu recommandable. Je ne peux m’empêcher de penser, de manière caricaturale (j’en conviens), que les Européens vivent trop bien et dès qu’ils sont mécontents, sous le couvert de l’anonymat d’un vote, se manifestent par un bulletin répugnant… quitte à se renier (heureusement!) aux élections suivantes. A la décharge des Autrichiens, il y a peu d’alternatives au mécontentement… mais en France, nous avions le choix il n’y a pas si longtemps, un trop grand choix nous a-t-on dit, et ce fut pourtant le triste sieur LePen qui sortit de cette mélasse.
    Attention, je me méfie de l’ingérence, cela déclenche des réactions émotionnelles peu ou pas réfléchies. Souvenons des « leçons » de Chirac à propos de l’Autriche…
    Je ne suis d’ailleurs pas persuadé que ta boulangère soit raciste ou fasciste mais elle n’a certainement pas eu la capacité d’échapper à un échange qu’elle pouvait prendre comme une critique à son encontre.
    PS:Quand j’écris « les Européens vivent trop bien »… je suis bien conscient qu’un grand nombre est exclu de cette affirmation abusive.

    Commentaire par Jean-Paul | 2 octobre 2008 | Répondre

  9. Moi ce qui m’effrai le plus c’est que les moins de 30 ans sont la force du FPÖ (Die FPÖ hat vor allem bei jungen Wählern punkten können. Bei den Unter-30-Jährigen liegen die Blauen mit 25 Prozent vor der ÖVP mit 23 und der SPÖ mit 21 Prozent. Source: Standard ) Je pensais, excusez mon insolence, que plus on était vieux, plus on était con…
    Mais dans nos société où la culture et la connaissance se dégradent, nous retrouvons un HC Strache chantant sa haine dans certaines discothèques avec comme référence le CHE.

    La prochaine fois que je me retrouve dans un stade pour voir les autrichiens chanter en coeur « SIEG », je ne m’arrêterai pas cette fois à la mécanique du poil qui se dresse, mais plûtot le poing rageur…

    Commentaire par Nicowien | 7 octobre 2008 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :