Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Petite leçon de népotisme appliqué… à l’ambassade de France en Autriche

Je suis en vacances en Normandie et un de mes fils me demande, entendant les discussions des adultes, « C’est quoi le népotisme ? ». Nous avons là un bel exemple qui a, au moins, des vertus pédagogiques : à Vienne, le poste d’attaché de presse de l’ambassade de France était vacant au 1er septembre. Parmi les nombreux candidats, il y avait un jeune diplômé (Bac+5 en journalisme, qui travaillait dans le service de presse et donnait entière satisfaction). Or, je lis aujourd’hui dans La Wiener Zeitung que c’est la « femme du chef de la mission économique de la France à Vienne » qui a été choisie (cf. cet article d’Alexandre Mathé). Après tout pourquoi pas… elle est peut-être très compétente.

Par curiosité j’ai regardé sous Google. On trouve deux entrées pour une personne qui porte ce nom (une homonyme ?). Ce sont des demandes pour des échantillons de maquillage gratuit sur le site « Femme plus ». Rien dans les autres entrées qui puisse laisser penser que cette personne (homonymes inclus) ait déjà écrit quelque chose…

Renseignement pris, il semblerait que ce ne soit pas non plus pour sa connaissance de la langue allemande que cette personne ait été choisie… mais bien pour son titre de « femme de ».

Il y a quelques semaines déjà, au lycée français, certains s’étaient émus de la volonté affichée par l’ambassade de passer outre les règles de concertation pour imposer deux recrutements (dont une personne qui aurait été la femme d’un diplomate qui devait être nommé). Une majorité (!) d’enseignants s’étaient mis en grève et une réunion de crise avait été décidée à l’AEFE.

De plus, en pleine présidence française du Conseil de l’Union européenne, l’ambassadeur est débarqué sans ménagement (dès septembre), on peut penser que cela traduit l’appréciation que le ministère avait de son action…

L’article de la Wiener Zeitung est assez bien, lorsqu’il rappelle le scandale de la fermeture du centre de cours (décidée localement), mais il oublie encore l’affaire de la censure (*).

On ne peut que se réjouir du changement à venir à l’ambassade : nouvel ambassadeur et nouveau directeur de l’Institut français de Vienne. Bienvenue à eux dans les écuries viennoises d’Augias !

(*) Fin novembre 2006, la lettre d’information de l’Institut avait été au centre d’une polémique, lorsque la phrase « 11400 enfants juifs de France livrés aux nazis par les autorités françaises assassinés à Auschwitz » avait été supprimée dans le synopsis du film  »La mémoire des enfants » qui avait été transmis par le réalisateur, pendant le festival du film juif. Comme le réalisateur, Hannes Gellner, s’en était ému publiquement lors de la première, deux quotidiens, Libération (30.11.2006) en France et The Independent (02.12.2006) en Grande-Bretagne, s’étaient fait l’écho de cette coupe pour le moins maladroite (l’article paru dans The Indepedent est signé Robert Fisk). Un Sénateur français, Richard Yung, avait de plus saisi le Président de la République à ce sujet.

24 juillet 2008 - Posted by | La France en Autriche | , ,

2 commentaires »

  1. Eh bien, ce genre d’echos est le bienvenu. La memoire doit s’appuyer sur le present autant que possible. Bien a toi.

    Commentaire par elie marcuse | 20 août 2008 | Répondre

  2. Que sont ces tristes sires devenus?

    Commentaire par martine Grialou | 15 septembre 2008 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :