Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Pour mémoire, avant les JO de la honte à Pékin…

En ce 18 juillet, j’ai publié sur nonfiction.fr une recension de « la première biographie du fondateur des J.O modernes, fondée sur les archives privées et familiales » (présentation de cet ouvrage par l’éditeur). De la part de Daniel Bermond, vouloir défendre les JO à quelques semaines de l’ouverture des JO de Pékin, c’était osé… et je montre dans cette recension – qui se trouve ici -que l’auteur ne parvient pas à convaincre.

A venir, le 21 juillet, un compte-rendu des premiers quatre premiers numéros de la revue « Quel Sport? »…  également sur nonfiction.fr. En attendant, bon été à tou(te)s !

18 juillet 2008 - Posted by | Critique(s) d'ouvrage, Sport | , , , , , ,

3 commentaires »

  1. Monsieur,
    Je viens de tomber sur votre recension de mon livre sur Coubertin… et je suis tombé de ma chaise. Quelles lunettes avez-vous donc chaussées pour me lire si mal? C’est sans doute le plus énorme contre-sens qu’il m’ait été donné de lire depuis longtemps sous la plume d’un critique, universitaire qui plus est, crois-je savoir. Désolé pour vous.
    Daniel Bermond

    Commentaire par bermond | 31 juillet 2008 | Répondre

  2. Le détail de ses critiques et ma réponse ici

    Commentaire par segalavienne | 19 août 2008 | Répondre

  3. Brève réponse à M. Segal:
    1/ Il n’y a aucune volonté d’humilier M. Segal dans mon commentaire publié par Pierre Assouline. Cuistrerie? Le terme vous choque? Relisez votre compte-rendu. Je n’accuse pas, je constate. J’ai lu d’autres critiques de mon livre, certaines parfois négatives, ce que j’admets parfaitement, mais aucune n’est empreinte de ce ton impérieux et définitif qui pourrait faire sourire… surtout de la part de quelqu’un qui reconnaît à demi-mots que sa connaissance de Coubertin est limitée.
    2/ Dans ma biographie, j’ai toujours référencé mes sources, notamment anglo-saxonnes, et je n’ai cessé de me situer par rapport à leur approche du personnage de Coubertin. Je n’ai pas l’habitude d’emprunter à autrui ce qui ne m’appartient pas.
    3/ À propos de l’antisémitisme prêté au baron, je maintiens. Pour ce qui est de Siné, un peu d’humour, M. Segal, n’y voyez aucune malice, seulement une manifestation de mon mauvais esprit… Choqué?
    4/ Pour finir, le plus important peut-être : dans son commentaire, M. Segal, comme par hasard, oublie le principal reproche de sa recension: la « réhabilitation » du baron, voire la « dévotion » (je viens de relire son texte) que j’aurais exprimée à son endroit. Faut-il en conclure que M. Segal admet le contre-sens qu’il a commis en me lisant? Car il est bien le seul à avoir vu une forme de réhabilitation, si atténuée fût-elle. Dans ce cas, si cet oubli vaut amende honorable, je ne peux que m’en réjouir.
    Daniel Bermond

    Commentaire par bermond | 19 août 2008 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :