Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Une autre Europe est possible !

Timbre de 1995, lors de l'entrée de l'Autriche dans l'UE

Est-on anti-européen quand on refuse le Traité de Lisbonne ?

Lisant le papier du Monde « Autriche : des législatives anticipées devraient avoir lieu en septembre », qui débute par les propos du vice-chancelier conservateur « Ca suffit ! », j’ai pensé le même chose, « jetzt reicht’s aber ! », en V.O.

Depuis le « non » des Irlandais, et comme c’était déjà le cas avec le « non » français du 29 mai 2005, on est traité « d’eurosceptique » voire « d’anti-européen » quant on s’oppose au Traité de Lisbonne. Cela m’énerve ! Quel manque de recul, quel bel exemple de « pensée unique »…

Bien sûr que je suis pro-européen ! A 37 ans j’ai déjà vécu 11 ans en Allemagne ou en Autriche, je m’exprime correctement dans trois langues de l’Union et me débrouille en polonais. D’ailleurs, le 29 mai 2005, on avait fait chez nous une belle fête avec nos amis italiens, allemands et autrichiens. Même chose pour la gastronomie, on a le droit de ne pas aimer le fish & chips – juste un exemple car je reviens de Brighton – et se dire tout de même gastronome, non ? L’Europe OUI mais pas celle-là ! En septembre 1998 déjà, j’avais eu l’occasion de m’exprimer sur ce sujet. La directrice du Kindergarten où était notre fils aîné avait laissé un message le 31/08/98 expliquant qu’ils ne pouvait plus l’accepter au 1er septembre, car notre permis de séjour arrivait à expiration ce jour-là. Oui, « permis de séjour » (Aufenthaltserlaubnis), pour une famille de Français à Berlin… J’avais écrit un petit papier, repris dans la Taz sur « Quelle Europe veut-on ? » („Europa mit Hindernissen », 22.9.1998, S. 22).

Mais retournons en Autriche, le parti social-démocrate (SPÖ) n’a pas pris un tournant « eurosceptique » (comme c’est écrit dans Le Monde) en demandant à ce que, à l’avenir, les traités du type de celui de Lisbonne soient soumis à un référendum. Il a juste fait un calcul politique minable et, ce qui est à mes yeux est au-dessous de tout, c’est qu’il se soit adressé au tabloïd de caniveau, la Krone, pour annoncer ce changement de position. Comme le rappelait récemment Daniel Vernet dans Le Monde du 8 juillet, « Le Kronen Zeitung est lu chaque jour par 3 millions d’Autrichiens, soit plus de 40 % de la population en âge de lire un journal. C’est, rapporté à la population, le plus grand quotidien du monde ». C’est d’ailleurs ce tabloïd qui a porté le parti fasciste de Jörg Haider (FPÖ) au pouvoir en l’an 2000 (Cf. ce film Krone : l’Autriche au quotidien, de Nathalie Brogers et l’article qui s’y rapporte de C. Prado dans Le Monde Diplomatique de Juin 2002, « L’extrême droite devant les caméras ») [un fidèle lecteur me fait remarquer que la Krone a largement critiqué Schüssel, le chancelier du parti conservateur, pour avoir intégré le FPÖ dans son gouvernement, il n’en demeure pas moins que la façon dont la Krone traite des étrangers et de l’insécurité explique électoralement la montée du populisme-fascisme].

Quel acte d’allégeance de la part du SPÖ que de réserver la primeur de ses intentions à ce torchon !

Maintenant, en soi, demander un référendum pour le traité, je trouve ça très bien. En France, c’est tout à fait scandaleux qu’on ait été privé de référendum, de peur que le résultat soit négatif. Sinon, je suis bien forcé d’admettre que le référendum n’est pas toujours le mode de décision adéquat. On sait bien, par exemple, que si on demandait par référendum le rétablissement de la peine de mort, cela passerait (avec les histoires horribles de violeurs d’enfants, la récidive etc.). Or, je suis (bien sûr ?) contre la peine de mort et estime, avec un peu d’arrogance c’est vrai, que « le peuple » n’est pas en état de se décider sur ce point => j’ai des contradictions ! Dans le cas présent, c’est l’idée de passer par la voie parlementaire après avoir essuyé un « non » au référendum que je critique.

Alors « virage populiste et antieuropéen du SPÖ » ? Populiste peut-être, et c’est regrettable, mais ce n’est pas anti-européen en soi de demander un référendum pour un traité.

Pour mémoire, à propos du populisme du SPÖ, n’oublions pas qu’il a fait alliance pendant des décennies avec le FPÖ (parti d’extrême-droite) de l’époque Haider, en Carinthie bien sûr, mais aussi au niveau national, lorsque Kreisky a soutenu Peter, cf. « Kreisky-Peter-Wiesenthal affair » (page curieusement mieux renseignée en anglais que dans sa version allemande). Et puis le SPÖ de l’après-guerre, c’était avec le BSA (Bund sozialdemokratischer Akademiker, association d’intellos proche du SPÖ) une véritable machine à recycler les gros nazis, comme Heinrich Gross, le Mengele local de Vienne (Cf. Spiegelgrund).

Pour mémoire encore, sur le traité, on lira ici quelques extraits édifiants qui expliquent pourquoi je suis content du résultat du référendum irlandais (la concurrence comme dogme intangible, l’impossible harmonisation fiscale, la Banque centrale européenne intouchable, l’allégeance à l’OTAN etc.).L’édito du Monde diplo de juin 2008 est pas mal non plus (ici) Et à ceux qui me disaient qu’en mai 2005 j’avais soutenu Le Pen en votant comme lui, je répondais que j’ai le droit de mettre des chemises bleues ou roses, même s’il en met aussi ! « I just don’t care ».

Européennement vôtre, mit freundlichen Grüßen et friendly yours, do zobaczenia!

9 juillet 2008 - Posted by | Autriche, Europe | , , , ,

4 commentaires »

  1. Merci pour cette contribution et les liens qu’elle contient.

    On se sent moins seul à te lire, et si heureux que d’autres aient dit non pour nous (j’ai signé une pétition adressée à des Irlandais pour leur demander de voter non pour moi, en leur expliquant pourquoi).

    Aujourd’hui j’en suis à espérer que la paralysie saisisse l’Europe durablement pour éviter les horreurs comme la directive immigration (directive de la honte entre un milliard) sauf en matière énergétique (mais
    de toute façon on va être obligés).

    Commentaire par Magarinos-Rey | 9 juillet 2008 | Répondre

  2. Comme toi, je ne suis ni eurosceptique, ni europhorique, mais simplement vigilante envers l’UE, comme envers n’importe quelle institution ou assemblée élue.

    Commentaire par Boubou | 9 juillet 2008 | Répondre

  3. jérôme,
    avec ce que j’ai vécu ces derniers temps, cela remonte peut-être à plusieurs années, j’ai l’impression de subir le temps qui file, file encore et toujours; cela me donne presque une excuse pour ne plus réfléchir sur la place d’un citoyen du monde, d’un européen, d’un français et d’un breton d’adoption. Puis, par ricochet, tu me fais partager tes écrits aussi bien sur la course à pied que sur la perception de ce monde en mouvement ou en arrêt …
    merci de remettre mon cerveau en marche !

    Commentaire par charlie | 11 juillet 2008 | Répondre

  4. slt une petite manifestations sur poitiers en rapport avec ton article tu peux venir exprimer ta résistance et ton argumentaire

    la nuit des résistance le dimanche 13 juillet a 17 h place de la mairie
    http://nuitdesresistances.wordpress.com/

    @Magarinos-Rey encore pire que la directive de la honte , la politique commune de l’immigration choisie et la mise en commun des moyen et police européenne pour la chasse et les rafles des sans papier

    Commentaire par nuitresistances | 11 juillet 2008 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :